LE CRI DU CYCLOPE / EN UNE DE MEDIAPART

J’avais adoré le trio des Revolutionary Birds auxquels participait le joueur de darbuka et de doholla (darbuka grave) Wassim Halal avec Mounir Troudi et Erwan Keravec. J’admirais le jeune percussionniste franco-libanais, je suis estomaqué par le compositeur qui publie son premier album solo d’une maturité exceptionnelle avec une trentaine d’invités...

Si le solo signifie en être l’organisateur, d’autant que l’improvisation y tient une place majeure, il faut reconnaître qu’il a su s’entourer. Une trentaine de musiciens l’épaulent sur cet incroyable triptyque en 3 CD qui se déplie comme un petit opéra dont je ne comprends hélas pas les quelques mots puisqu’ils sont dits en arabe que je ne parle pas. Il n’y en a pas tant, mais si le verbe est à la hauteur de la musique, je veux bien l’apprendre, car Le cri du cyclope est un coup de maître !

Je ne m’y connais pas non plus suffisamment en percussion pour reconnaître si les peaux sont pures ou trafiquées électroniquement (Benjamin Efrati et Pierrick Dechaux au gugusophone ?), mais lorsqu’elles s’emballent je retrouve la transe qui vous emporte au delà du réel, dans un imaginaire qui n’appartient qu’à soi. Des frissons animent soudainement mon corps, me rappelant les feedbacks que je produisais avec mes premières œuvres électroacoustiques dans les années 60. Si le premier disque est axé sur la darbuka, il commence avec d’incroyables anches suraiguës (dont Samir Kurtov à la zurna) indiquant d’emblée que nous sommes loin d’un disque de percussion démonstratif. Les mélodies sous-jacentes fabriquent des timbres inouïs qui nous porteront jusqu’au bout.

Les deux superbes collages de Benjamin Efrati et Diego Verastegui, morcelés en huit panneaux par le biais du gabarit qu’impose la pochette CD ou reproduits sur les trois macarons, rappellent ceux de Max Ernst ou Jacques Prévert, intégrant par leurs éléments toutes les sources d’inspiration de Wassim Halal. Le second disque débute en effet avec un gamelan (Théo Mérigeau, Sven Clerx, Jérémy Abt, Antoine Chamballu, Ya-Hui Liang), se poursuit avec un quatuor d’anches (Benjamin Dousteyssier, Raphaël Quenehen, Jean Dousteyssier, Laurent Clouet) pour aboutir à un quatuor à cordes (David Brossier, Amaryllis Billet, Léonore Grollemund, Anil Eraslan), souvent rejoints par les peaux qui renforcent les polyrythmies et épaississent le timbre.

Les collages insistent aussi sur l’unité de l’ensemble. Ce ne sont pas trois disques, mais bien un triptyque musical à quatre volets graphiques. Les incantations de la chanteuse Leila Martial attaquent le troisième disque avec une pêche d’enfer, effets que prolonge la guitare de Grégory Dargent. Et ainsi de suite avec l’Aala Samir Band (Kamal Salam Jaber, Samen Almarya, Ibrahim Abomazem, Sami Fayud), les voix d’Oum Hassan et Gamalat Shiha, la zurna de Samir Kurtov... Pour clore ce voyage dans un pays qui, s’il n’était pas imaginaire, deviendrait ma prochaine escale, entrent en free jazz oriental l’accordéoniste Florian Demonsant, le trompettiste Pantelis Stoikos, le clarinettiste Laurent Clouet, et enfin Erwan Keravec à la cornemuse. Halal reprend sa place d’accompagnateur de ces musiques tournoyantes et enivrantes alors qu’il est le grand ordinateur de ce grand charivari commencé avec toute la smala dès L’oracle qui ouvrait le premier disque, le tout remarquablement enregistré par Cyril Harrison.

Ce sont bien de ses voyages que s’est inspiré Wassim Halal pour accoucher de ce petit bijou composé de trois galettes d’argent, au Liban où il s’est initié au Dabkeh, le répertoire de mariage, en Turquie auprès des Tziganes et partout où son métier l’a mené. Quand la musique laisse place au silence, on a l’impression de revenir d’un long voyage dépaysant entrepris en tapis volant comme dans Starik Khottabych (Grand-père miracle), le film magique de Gennadi Kazansky en Sovcolor que je n’avais pas revu depuis qu’il avait été projeté dans mon école primaire...

→ Wassim Halal, Le cri du cyclope, 3cd Collectif Çok Malko avec le soutien de l’AFAC Foundation(Arab Fond for Arabic Culture), dist. Buda/Socadisc, sortie en novembre 2018

https://blogs.mediapart.fr/jean-jacques-birge/blog/151018/wassim-halal-un-coup-de-maitre

L’album

Le cri du cyclope

Prochaines dates
30/10 STAGE COK MALKO